Recherche :
   

VISITE DE L’'ÉGLISE - DANS LE CIRCUIT DE LA VILLE DE L'’AIGLE

L'Office du Tourisme met à disposition pour une visite libre un plan de Ville.

 Plan de visite de ville L'Aigle téléchargeable  et "en savoir +" sur la visite de l'église Saint-Martin

 
Brève histoire de la Ville de L'Aigle
Le premier nom connu de la ville est BEC HAM. Il provient de l'association de deux mots d'origine scandinave BEC signifiant ruisseau et HAM, habitation. La rivière de la Risle apparaît comme un élément dominant de la ville.
 
D'après Gabriel VAUGEOIS, historien de L'Aigle au XIXe siècle, c'est Fulbert de BEINA, 1er baron de L'Aigle, qui serait à l'origine de son nom actuel. L'histoire a retenu que vers l'an 1010, Fulbert de BEI NA édifia un château-fort à l'endroit où fut découvert un nid d'aigle et décida de donner le nom d'AQUILA (aigle en latin) à la forteresse, nom dont hérita la ville.
 
Les premiers barons favorisèrent le développement des abbayes environnantes, La Trappe, Saint-Evroult, et fondèrent le prieuré de Saint-Sulpice. Au début du XIlle siècle, la terre de L'Aigle passa dans la famille ducale de Bretagne. La ville s'est étendue derrière une seconde enceinte, qui, pendant la Guerre de Cent Ans, ne suffit pas à empêcher les Anglais de prendre et de démolir la forteresse.
Après la guerre de Cent Ans, L'Aigle se relève de ses ruines et prospère grâce aux forges et à la petite métallurgie, notamment la fabrication de l'épingle.
Pendant les Guerres de Religions, les terres de L'Aigle sont cédées à la famille d'AUBRAY. En 1588, la baronne Marie d'AUBRAY épouse Sébastien des ACRES, seigneur de la Chapelle-Viel. Leurs descendants portèrent le titre de barons puis marquis des ACRES de L'AIGLE.
À la fin du XVIIe siècle, le marquis Louis des ACRES fit construire le château de L'Aigle à l'emplacement de l'ancienne forteresse. La construction commencée en 1690 ne s'acheva que 40 ans plus tard avec Jacques Louis des ACRES, 3e Marquis de L'Aigle. En 1792, le château est vendu et le dernier marquis des ACRES est guillotiné à Alençon.
 
Le XIXe siècle est globalement une période d'évolution, la ville prospère et s'agrandit. Sous l'Empire, les industries retrouvent leur activité. S'ajoute aux industries traditionnelles, la fabrique des aiguilles alors que l'activité des forges décline et l'agriculture connaît des progrès considérables. Deux événements importants sont à énoncer au cours de ce siècle : la chute de la météorite en 1803 et le passage de l'Empereur Napoléon ler en 1811.
 

Le XXe siècle est durement marqué par les deux conflits mondiaux. Près de deux cents soldats aiglons trouvent la mort au cours de la guerre 1914-1918. La Seconde Guerre Mondiale frappa les hommes et aussi la ville, en particulier lors du bombardement du 7 juin 1944 qui fit 12o victimes et d'importantes destructions. L'Aigle fut libérée le 22 août 3.944 par le régiment britannique de l'INNS OF COURT.

Vous allez aimer découvrir l’église au fil des 1 000 ans 
                                    Des supports installés dans l’église vous aideront à vous repérer dans cet ensemble riche et varié.
- Visite libre de l’église Saint-martin                      Documentation sur place.
OU
- Visite guidée Gratuite en lien avec l’Office du Tourisme (02 33 24 12 40) dans un programme adapté au besoin de Groupe, intégrant la visite de l’église, avec d'autres lieux à visiter à L'Aigle et environ.
 
 
 
 
Pour aller plus loin, Bibliographie:
J.-F. Gabriel VAUGEOIS, Histoire des Antiquités de la Ville de L'Aigle et de ses environs, Brédif, L'Aigle, 1841; dernière réédition Nabu Press, 2012. Également disponible en livre numérique gratuit sur Google livres.
Renée DRONNE, L'Aigle : son histoire, ses monuments, ses industries, Office d'édition du livre d'histoire, 1953; Lorisse; Édition : Reprod. En fac-sim (2004).
Les deux publications sont disponibles à la Médiathèque les Tanneurs de L'Aigle.



Haut de page   Imprimer cette page